Melifera-marque-engagee-service-biodiversite-anes-oleron

Le Jardin Melifera avec les baudets du poitou de « les ânes d’Oleron »

Melifera, une marque engagée au service de la biodiversité

Rencontre avec Ethel Gauthier, en charge de la biodiversité et des filières durables de Melifera.

Par Laurence Froger

Melifera, vous connaissez bien-sûr ! Un gin premium, bio, distillé aux fleurs d’immortelles, 100 % charentais. Mais au-delà du gin, il y a une marque engagée, qui a du sens, portée par les valeurs et les actions de Christophe Amigorena, un de ses créateurs. Aujourd’hui, Melifera va plus loin. En se dotant de l’expertise d’Ethel Gauthier, désormais en charge de la biodiversité et des filières durables. En créant l’Espace de la marque au cœur de l’Ile d’Oléron dont Ethel aura la responsabilité. Des signes forts qui inscrivent concrètement Melifera dans une démarche engagée en faveur de la protection de la biodiversité.

Parlez-nous de votre rencontre avec Christophe Amigorena, un des créateurs de la marque de gin engagée Melifera ?

J’ai rencontré Christophe et découvert Melifera dans le cadre de mes fonctions à la Communauté de Communes de l’Ile d’Oléron. Il m’a présenté son projet autour d’un gin bio aux fleurs d’immortelles qu’il voulait très vite ancrer au territoire. Il souhaitait rencontrer des agriculteurs locaux, prendre connaissance des enjeux… Je l’ai accompagné dans ce sens. J’avoue qu’au début, je trouvais ce projet un peu fou, en tout cas complètement nouveau pour moi.

Mais j’ai tout de suite été séduite par la sincérité qu’il exprimait au travers de ses engagements et de la vision qu’il avait du développement de sa marque sur le territoire. Non seulement il était réceptif aux enjeux de protection de la biodiversité, comme la conservation des abeilles noires, l’agroforesterie et l’agroécologie…, mais en plus il se montrait très proactif.

Recruter une personne en charge de la biodiversité et des filières durables, c’est un signe fort de la part Melifera qui montre là encore sa volonté d’aller toujours plus loin dans ses engagements. C’est ce qui vous plaît dans cette aventure ?

Bien sûr, j’ai très vite senti que, dans l’approche de Christophe, il y avait une vraie volonté de développer sa marque, son projet dans le respect de ses valeurs. Ce n’était pas juste un discours, mais une parfaite adéquation entre ses paroles et ses actes. Encore une fois, j’aime chez lui cette volonté de s’ancrer au territoire, de développer des partenariats avec les acteurs locaux, de s’inscrire dans des pratiques en faveur de la biodiversité. Aux côtés de Christophe et de son épouse Cécile, je vais pouvoir exprimer toutes les facettes de mes différentes expériences en associant le conseil et la stratégie à la mise en œuvre pratique de leurs engagements sur le terrain. Qui plus est, en travaillant sur les plantes aromatiques et médicinales, ce qui m’intéressent tout particulièrement.

Melifera-Ethel-Gauthier-charge-biodiversite

Ingénieure agricole de formation avec une spécialisation sur les enjeux environnementaux liés à l’agriculture et à l’alimentation, vous avez près de 20 ans d’expérience au service de producteurs et de collectivités locales. Un véritable atout pour Melifera !

En effet, j’ai développé un profil assez généraliste dans les connaissances et les compétences sur les enjeux environnementaux et l’agroéconomie au fil de mon parcours professionnel en Outre-mer, puis à Paris et enfin dans l’Ile d’Oléron. Issue d’une famille agricole de Charente, je vis dans l’île depuis 7 ans. Je connais bien le territoire et ses acteurs, des agriculteurs aux collectivités en passant par le monde associatif et les organismes locaux. Et puis j’ai des connaissances techniques en agriculture et une approche biodiversité complètement intégrée à mon approche agricole. Je suis très sensibilisée aux interactions entre les activités humaines et les systèmes écologiques.

Comment faire en sorte que celles-ci, tout en se maintenant ou se développant économiquement, favorisent une gestion durable des ressources naturelles (l’eau, le sol, la biodiversité…). Comment favoriser leur cohabitation.

Quel est votre rôle au sein de Melifera ?

D’un point de vue global, mon rôle consiste en la mise en œuvre concrète des engagements de Melifera sur le territoire, en étroite collaboration avec Cécile et Christophe. Un rôle qui va s’exprimer pleinement au sein d’un nouvel Espace de la marque dans l’Ile d’Oléron. Le premier volet de ma mission consiste en la mise en place de cet espace, la gestion des cultures et leur entretien. Le deuxième volet s’attache au développement des relations et des partenariats avec les acteurs locaux (agriculteurs, prestataires, organismes, associations locales…).

Le projet est un espace de production agricole, vitrine de savoir-faire spécifiques, et accessible de façon ponctuelle et espacée. Les caractéristiques du lieu pourront dans ce cadre être également mises en lumière afin de comprendre la transition progressive entre un paysage anthropique agraire et un paysage naturel et humide, lors d’actions pédagogiques et de sensibilisation ciblées.

Melifera-site-de-depart

Site initial

Un Espace Melifera, c’est un scoop, non ?

C’est vrai ! Même si Cécile et Christophe avaient parfois évoqué ce projet local qui leur tenait vraiment à cœur, nous n’avions encore rien dévoilé ! Il faut savoir que ce site oléronais, appelé Le jardin Melifera, aura de multiples vocations, à la fois site de production et de culture, vitrine de la marque, lieu d’accueil des clients et des journalistes, ou encore témoin des engagements de Melifera.

Un site de production et de culture : pouvez-vous nous en dire plus ?

Nous allons essayer de planter tout ce qui est adapté à Oléron et qui, d’un côté, entre dans la composition des produits de Melifera, de l’autre, joue un rôle important pour la culture et la biodiversité.

Dans le premier cas, il s’agit de la fleur d’immortelle bien sûr, déjà produite sur l’île pour la fabrication de notre gin bio, mais dont nous allons augmenter le volume. Ce sont aussi les autres botaniques comme le genévrier, le maceron, l’armoise, l’absinthe, l’angélique,… Dans le second cas, je citerais les plantes mellifères – indispensables aux pollinisateurs sauvages en général et à l’abeille noire en particulier -, des plantes que l’on trouve déjà à l’état sauvage sur le site comme la guimauve ou d’autres comme la consoude, par exemple, dont on va faire des purins ou des jus pour traiter de façon naturelle si besoin. Un véritable renforçateur de défenses naturelles. L’idée est de devenir le plus autonome possible.

Melifera-champs-Immortelle-Oleron

Les Immortelles

Comment s’inscrivent les partenariats menés avec les acteurs locaux ?

L’important pour Melifera, c’est de créer du lien avec les acteurs locaux qui ont eux-mêmes leurs propres exploitations, leurs propres projets, et de participer au développement local. Un travail d’échanges, de partenariats main dans la main pour avancer ensemble. L’aventure Melifera doit être pour tous une aventure qui a du sens. Sa réussite s’appuie sur l’équilibre parfait entre les trois piliers du développement durable : environnement/écologie, lien social et économie.

Vous avez des exemples ?

Certaines parcelles du Jardin Melifera, non propices à la culture de nos aromatiques, seront laissées en prairies. Un plus en termes de diversité floristique. Ce sera intéressant pour les pollinisateurs sauvages et les abeilles noires de l’apiculteur que nous allons accueillir dans le cadre de notre partenariat avec l’association du Conservatoire de l’Abeille Noire d’Oléron.

Un véritable échange en termes de pollinisation. Ces prairies permettront aussi de créer des partenariats avec des éleveurs locaux qui feront pâturer leurs moutons ou leurs chèvres. Nous travaillons déjà dans ce sens puisque dans une partie du site, située en lisière de bois, espace écologiquement sensible, nous faisons réaliser une prestation d’écopâturage avec des chèvres et des ânes (issus de la ferme Les Anes d’Oléron) pour réouvrir le milieu qui était en train de fortement s’embroussailler tout en maintenant des éléments.

Actuellement, d’autres agriculteurs nous aident également à réaliser des travaux agricoles qui nécessitent des compétences spécifiques et du matériel pour préparer le terrain à accueillir les futures plantations. Sans l’aide des agriculteurs de l’île, ce serait difficile d’avancer et nous sommes reconnaissants de la confiance qu’ils nous accordent. Nous espérons à terme pouvoir développer d’autres types de partenariat jusqu’à, pourquoi pas, développer la production de plantes aromatiques et médicinales directement chez des agriculteurs. Mais nous n’en sommes pas encore là…

Melifera-jardin

Le jardin Melifera

Comment Melifera s’implique-t-elle sur les enjeux de biodiversité plus globaux ?

De façon très concrète, par le biais d’actions locales. Prenons le cas de l’immortelle, produit phare de Melifera que nous cultivons. Il existe aussi une espèce sauvage (l’immortelle des sables) qui pousse sur la partie des dunes que l’on appelle « dunes grises » dont les essences volatiles donnent une fragrance caractéristique à cette zone et qui est la base de l’histoire de la marque.

Dans le cadre des enjeux de préservation de cette espèce, tout comme nous le faisons auprès de l’association du CANO pour la conservation des abeilles noires, nous souhaitons soutenir les actions menées par l’Office National des Forêts qui mène des expérimentations pour lutter contre la disparition des dunes grises, à la croisée de multiples enjeux. Des enjeux comme la lutte contre l’érosion marine, la protection de l’arrière-pays des invasions sableuses, la conservation d’écosystèmes rares et originaux… Les dunes grises par exemple sont un habitat prioritaire de la Directive européenne « Habitat, faune et flore ».

Fleurs d’immortelles sauvages, abeilles noires, dunes, littoral… autant d’enjeux importants pour le territoire qui le sont aussi à plus grande échelle. En tant que marque engagée, c’est le parti-pris de Melifera de répondre, par le biais d’actions locales, aux enjeux globaux de préservation de l’environnement, de biodiversité, d’alimentation… Nos actions locales ont un véritable impact et se répercutent bien au-delà du territoire.

Revenons à l’Espace de la marque. Sur le terrain, comment travaille Melifera pour sa mise en place ?

Nous travaillons de concert avec un architecte paysagiste et des agriculteurs locaux pour donner une identité propre au Jardin Melifera, selon le cahier des charges que nous avons établi. L’idée est d’avoir une conduite du site agro-écologique pour être en adéquation complète avec la vision et les engagements de la marque. Labellisés en agriculture biologique, nous allons également travailler à favoriser la biodiversité et la fertilité des sols vivants sur le site de production, dans le sens de ce qu’on appelle aujourd’hui l’agroécologie ou encore l’agriculture régénératrice.

Ce sont des enjeux très importants. On va donc implanter des haies et des arbres, gérer le site en éco-pâturage, travailler sur l’implantation de couverts végétaux, de paillage, de BRF pour renforcer la vie dans le sol et les auxiliaires de culture (oiseaux, insectes, etc…). L’enjeu est de créer un agroécosystème qui, à terme, s’équilibre par lui-même.

Melifera-esquisse-jardin

Esquisse du jardin Melifera

Quel est votre timing ?

On vise le printemps, pour la plantation des fleurs d’immortelles et des autres aromatiques, la mise en place de l’Espace de la marque et son aménagement. Aujourd’hui, on s’attaque à la préparation du terrain pour accueillir les cultures et les plantations d’arbres, mais aussi à toutes les démarches administratives nécessaires. L’Ile d’Oléron est notamment site classé au titre du paysage. On a des devoirs, des préoccupations paysagères et de nombreuses règlementations à respecter pour pouvoir engager le projet.

Qu’est-ce qui vous anime tout particulièrement dans cette nouvelle mission ?

Mettre en œuvre ce auquel je crois aujourd’hui. Et ce qui est super motivant, c’est de partager de partager le gout du challenge avec Cécile et Christophe ! Qu’importe les difficultés et les embûches sur le chemin, parce qu’on y croit ensemble et on y va à fond. Et, plus stimulant encore, nous ne sommes pas les seuls ! Récemment, j’ai eu la visite d’un formateur et d’un pépiniériste spécialisée en plantations aromatiques et médicinales. Ils ont trouvé que le site était top, avec un bon potentiel. On ne s’est pas trompé !

Ce rôle au sein de Melifera possède de multiples facettes, à la croisée de mes aspirations et de mes expériences, et me laisse une grande latitude d’actions. Bien sûr, il y a des contraintes et des objectifs économiques, mais ce qui me plaît, c’est d’être sur le terrain, avec l’aide des agriculteurs locaux et dans le domaine des spiritueux, de travailler en adéquation avec les valeurs d’une marque engagée qui sont aussi les miennes et d’agir.

©2022 MELIFERA

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?